5 conseils pour bien choisir sa mutuelle

Vous vous apprêtez à souscrire un contrat auprès d'une complémentaire santé ? Avant de faire votre choix, il est primordial de vous poser les bonnes questions pour être sûr de trouver la mutuelle la mieux adaptée à vos besoins.
Il serait aujourd'hui difficile, voire inconcevable de se passer d'une complémentaire santé. Le déremboursement progressif de certains soins par le régime de base de la Sécurité sociale nécessite en effet de posséder un bon contrat en tant que deuxième couche de protection.
Mais comment bien choisir sa mutuelle parmi la profusion d'offres et formules disponibles ? Ci-dessous l'essentiel à savoir pour s'orienter et prendre la meilleure décision.

1 – Faire le point sur votre profil d'assuré

Une mutuelle oui, mais pour quoi faire ? Choisir une complémentaire santé suppose tout d'abord de prendre en compte votre état général de santé comme vos moyens financiers. Vous pourrez souhaiter vous tourner vers :

  • Un contrat d'entrée de gamme qui prendra le relais uniquement en cas de coup dur,
  • Une formule très généreuse incluant plafonds de remboursement élevés, consultations de prévention gratuites et autres avantages.
  • La plupart des assureurs et organismes mutualistes ont assimilé cette diversité des besoins et proposent donc le plus souvent, pour une meilleure lisibilité, une gamme à plusieurs « étages » ou « profils », allant du plus économique au plus protecteur.
  • À noter que votre âge et votre situation familiale sont également des critères déterminants à considérer. Un jeune actif célibataire pourra ainsi se contenter plus facilement d'une mutuelle minimaliste tandis qu'un couple avec enfants réalisera des économies en optant pour une mutuelle familiale. Après la retraite, enfin, la souscription d'une mutuelle « senior » correspondra davantage à vos besoins et vous offrira un meilleur rapport qualité/prix.

2 – Garanties principales : les points-clés à vérifier

Méfiez-vous des différences de présentation entre les différentes mutuelles ! En effet, certaines complémentaires expriment le niveau de remboursement en pourcentage du tarif de base de la Sécurité sociale en l'incluant ou non (par exemple 100 %, 300 %) tandis que d'autres proposent un montant forfaitaire (50 €, 200 €). Lorsque la base de remboursement Sécu est très faible (prothèses dentaires, lunettes…), un pourcentage impressionnant peut correspondre en réalité à un remboursement très modeste.
Si vous n'avez pas le temps ou l'envie de vous intéresser aux moindres détails du contrat, vous vous ferez déjà une bonne idée du niveau de protection proposé en vous cantonnant à l'étude des postes de remboursement les plus importants d'une complémentaire santé :

  • L'hospitalisation,
  • La médecine de ville,
  • L'optique,
  • Les soins dentaires.

3 – Contrat responsable ou non responsable ?

La notion de « contrat responsable » est centrale dans le domaine des complémentaires santé en France, et il est important de vérifier que le contrat de votre choix comporte bien ce label. Le but d'un contrat responsable est d'assurer au moins une protection de base à chaque assuré sans pour autant le déresponsabiliser. Ces mutuelles sont encadrées plus strictement que les autres par la réglementation, et acceptent de se conformer à un « panier de soins » défini par les autorités publiques et incluant des minimums et/ou des maximums de remboursement.
À l'inverse, les contrats non responsables peuvent inclure des prestations plus généreuses (remboursement de la participation forfaitaire en cas de consultation d'un médecin, prise en charge des dépassements d'honoraires sans limite…) mais bénéficient d'une fiscalité moins favorable. Par conséquent, ne représentant que 5 à 10 % du marché, ces derniers sont généralement plus chers.

4 – Avec ou sans tiers payant ?

Quelques mutuelles ont pour principe de vous rembourser a posteriori, par virement sur votre compte bancaire, tandis que certaines complémentaires vous dispensent d'avancer le moindre sou de la part « mutuelle » en cas de consultation ou d'achat de médicaments chez des professionnels de santé partenaires. C'est la définition du tiers payant.
Si vous êtes attaché au tiers payant en raison de son côté pratique, n'oubliez pas de vérifier ce point avant de souscrire auprès de votre nouvelle complémentaire santé. Gardez toutefois à l'esprit que les mutuelles sans tiers payant sont en moyenne un peu moins chères, dans la mesure où elles incitent moins à la surconsommation de soins et supportent des charges de fonctionnement moins élevées.

5 – Ne misez pas votre santé à pile ou face, faites appel à un expert.

Les contrats mutuelles santés ne sont pas simples à interpréter pour une personne non avisée, ne prenez pas le risque de choisir vos remboursements au hasard.
 Faites appel à nos experts santés pour un rendez-vous gratuit, durant lequel il interprétera vos besoins en remboursements et saura vous proposer le contrat répondant le mieux à vos besoins sans négliger votre budget !
Soyez bien couverts et faites des économies grâce à Elyos Partners, spécialiste de l’assurance recensé par l’Etat ! 

Stan Saada